Les maladies chroniques des sinus de la face...

Quels sont les grands types de maladie chronique des sinus de la face ?

Les infections et inflammations sinusiennes se manifestent par différents symptômes  plus ou moins associés entre eux :

- un écoulement nasal purulent ou non,

- des maux de tête,

- une obstruction nasale,

- une sensation de mauvaise odeur,

- une altération de l’odorat.

Il est important ici encore de différencier la pathologie aiguë du ressort d’un traitement médical (mais dont la répétition doit faire rechercher des facteurs anatomiques favorisants) de la pathologie chronique dont la solution est souvent chirurgicale.

  • les sinusites d’origine dentaire.

Un abcès dentaire peut être à l’origine d’une sinusite maxillaire dont le traitement associera une antibiothérapie et le traitement de la dent causale.

Lorsqu’une dent est dévitalisée, le canal dentaire doit être obstrué sous peine d’entraîner un abcès dentaire. La pâte dentaire utilisée pour boucher le canal dentaire peut, dans le cas des deux pré molaires et de la première molaire du maxillaire supérieur, migrer dans la cavité du sinus maxillaire.

Ce corps étranger favorise l’émergence et la pullulation d’un champignon (aspergillus) à l’origine d’une sinusite chronique qui va se constituer à « bas bruit » et s’exprimer des mois ou des années plus tard avec comme caractéristique la sensation d’une mauvaise odeur (cacosmie) par le patient.

Ce champignon (le plus souvent aspergillus Niger) profite de ce milieu favorable pour se développer :

- atmosphère humide,

- métaux lourds entrant dans la constitution de la pâte dentaire.

A noter que ce corps étranger peut migrer depuis le sinus maxillaire vers d’autres cavités sinusiennes. Le traitement est chirurgical et consiste en l’ablation du corps étranger et de la truffe aspergillaire.

 

Rhinoscopie
  • La sinusite chronique d’origine infectieuse.

Suite à des infections à répétition, la muqueuse qui tapisse le sinus s’hypertrophie et favorise des phénomènes de rétention et des difficultés de drainage. On rentre dans un cercle vicieux ou l’infection favorise l’hypertrophie muqueuse qui elle-même favorise l’infection…

Le geste chirurgical va ici consister à ouvrir le sinus par voie nasale pour le débarrasser de la muqueuse en excès afin qu’il puisse retrouver toutes ses vertus fonctionnelles.

 

Rhinoscopie
  • La polypose naso sinusienne.

C’est une maladie inflammatoire où la muqueuse s’hypertrophie dans un premier temps puis fabrique « des grappes » gélatineuses et translucides que l’on appelle polypes.

Cette pathologie peut être associée à un asthme et à une allergie à l’Aspirine (syndrome de Widal). La symptomatologie comprend une obstruction nasale qui va croissante, une altération de l’odorat et pas ou peu de complication infectieuse.

Au début le traitement est médical et fait appel aux corticoïdes par voie orale et / ou nasale. Lorsque le volume de la polypose est trop conséquent une étape chirurgicale devient nécessaire ; elle consiste à :

    - enlever les polypes occupant les fosses nasales et les sinus

    - aménager les cavités sinusiennes afin qu’elles puissent correctement se drainer dans le nez, qu’elles soient correctement ventilées et qu’enfin la muqueuse sinusienne soit accessible à des pulvérisations nasales de corticoïdes locaux.

     

Rhinoscopie
Rhinoscopie

En effet, la chirurgie participe au traitement mais n’éradique pas la maladie ; le patient opéré, une fois la cicatrisation terminée, devra pendant au moins dix huit mois, parfois plus, pulvériser quotidiennement dans son nez un anti inflammatoire pour stabiliser la situation et éviter la récidive de la maladie.

A ce prix, une amélioration satisfaisante et durable est obtenue dans plus de 90% des cas.

Rhinites
Rhinite
Page mise à jour le : 08/01/2010